Il faut construire des partenariats pérennes

Laurent Servant (1000x1500) © Olivier Got

C’est en binôme avec le professeur Dousset, vice-président en charge des relations internationales que va œuvrer Laurent Servant pour faire de l’université de Bordeaux une grande université internationale. Les deux hommes qui ont eu l’occasion de travailler ensemble durant les deux années du chantier de fusion partagent la même ambition. 

Nommé vice-président délégué aux relations internationales de l’université Bordeaux 1 par le président Dean Lewis en 2012, Laurent Servant avait déjà pris la mesure de l’enjeu fondamental que représente l’internationalisation de l’université de Bordeaux. Un process qu’il envisage aux trois niveaux du « trépied universitaire » : l’institution, la formation et la recherche.
 
 Ingénieur de formation, Laurent Servant étudie à l’ENSCPB, école de l’IPB. A l’issue de son service  militaire en tant que scientifique du contingent à l’ONERA (office national d’études et de recherches aérospatiales) à Paris, il poursuit son parcours par une thèse en chimie physique au Centre de recherche Paul Pascal à Bordeaux. Il obtient une « bourse de docteur ingénieur avec entreprise » et partage son temps entre l’université et l’Aérospatiale Aquitaine. Très vite, ce lien entre l’industrie et les études académiques l’interpelle. Il saura le maintenir tout au long de sa carrière.
Thèse en poche, Laurent Servant s’envole pour le Canada où il effectue un stage post-doctoral de 15 mois à l’université de Toronto (Ontario) au sein du département de chimie. Une expérience particulièrement enthousiasmante. A son retour en France, il est recruté en tant que maitre de conférence à l’université Bordeaux 1 et poursuit ses recherches à l’Institut des Sciences Moléculaires (ISM). Il développe alors divers axes de recherche, souvent en collaboration avec des industriels au niveau local, national et international.
A partir de 1996, il s’occupe du pilotage des filières de formation des maîtres en chimie à l’université Bordeaux 1. Nommé professeur en 1999, il prend en 2005 la direction de l’Ecole Doctorale des Sciences Chimiques (ED 040). Laurent Servant se mobilise alors avec l’ensemble des directeurs des écoles doctorales du site pour la mise en œuvre du contrat doctoral qui institue un nouveau cadre juridique permettant aux établissements publics d'enseignement supérieur et/ou de recherche de recruter des doctorants sur un contrat de travail spécifique susceptible de leur permettre de mener des missions rémunérées en entreprises, dans des associations ou dans des collectivités. C’est chose faite en 2009. Une véritable avancée selon lui qui permet également aux doctorants de faire de préparer une éventuelle insertion en entreprise. Toujours dans le même objectif, il coordonne également un gros projet européen qui vise à généraliser la soutenance de thèses en cotutelle entre deux universités de pays différents et en partenariat avec des industriels. « Un projet gigantesque et passionnant ».
Cet amateur chevronné de bibliothèques et de paysages urbains prend sa nouvelle mission à bras le corps pour que Bordeaux devienne justement une grande ville universitaire reconnue à travers le monde.

Mise à jour le 02/05/2014