Les activités de recherche en France

Les actions conduites par les scientifiques du Pôle Océanographique Aquitain au niveau national relèvent, comme au niveau régional, des activités d’observation et de la conduite d’opérations programmatiques ponctuelles.

Les activités d’observation

Sous l’égide de l’Observatoire aquitain des sciences de l’Univers (OASU), les scientifiques du Pôle océanographique aquitain exercent un rôle important de coordination des activités d’observations conduites par l’Institut national des sciences de l’Univers (CNRS-INSU). Il s’agit notamment du Service d’observation en milieu littoral (SOMLIT) et d’une des bases de données biologiques du Réseau des stations et observatoires marins (RESOMAR).

Exemples de 2 programmes de recherche :

  • SOMLIT

L’objectif du SOMLIT s’inscrit résolument dans une logique à long terme puisqu’il s’agit de mettre en évidence les effets du changement global sur les écosystèmes littoraux métropolitains. Cette activité se veut donc résolument complémentaire des observations effectuées dans le cadre des réseaux de surveillance de l’IFREMER. Le SOMLIT s’appuie sur un réseau de 9 stations marines mettant en œuvre des stratégies et des protocoles d’acquisition communs des échantillons et dont les procédures analytiques font régulièrement l’objet de procédures d’intercalibration.
En savoir plus

  • Base de données Benthos de RESOMAR

Au cours de ces dernières années, les scientifiques du Pôle océanographique aquitain ont joué un rôle majeur dans l’émergence du RESOMAR qui rassemble les principaux laboratoires dépendants du centre national de la recherche scientifique et du réseau des universités marines s’intéressant à l’océan. L’une des premières actions conduites à consister à rassembler l’ensemble des données biologiques acquises par ces laboratoires.

L’objectif était double : pérenniser ces données par la création d’une base de données stables, et créer un outil de travail commun pour la description et l’étude de l’évolution de la biodiversité des eaux marines métropolitaines. La base de données « Benthos » est hébergée à Bordeaux. Elle comprend 100 jeux de données, 6500 couples stations/dates et 260 000 signalisations ce qui en fait l’une des plus importantes au plan européen. L’exploitation de cette base fait actuellement l’objet de plusieurs projets de recherche. Elle sera également utilisée dans un avenir proche pour: la planification d’échantillonnages complémentaires, et l’établissement de nouvelles stations de suivi à long terme.

En savoir plus

Les actions programmatiques ponctuelles

Ce type de projets, qu’ils soient soutenus par des programmes nationaux (exemple du projet BIOMIN) ou bien par l’Agence nationale de la recherche (exemple du projet IZOFLUX) constituent la part majoritaire des activités des scientifiques du Pôle océanographique aquitain. Souvent ces projets utilisent des écosystèmes locaux en tant que modèles pour des questions génériques. Bon nombre de ces projets relèvent de l’évaluation de la qualité écologique et chimique du milieu et par conséquent d’une approche environnementale en lien avec les activités humaines (exemple de la contamination de la Gironde par le cadmium).

Les scientifiques du Pôle océanographique aquitain n’hésitent toutefois pas à appliquer leur expertise à des écosystèmes lointains abritant, qui des peuples premiers (exemple de la contamination au mercure par les activités d’orpaillage en Guyane française) qui des activités industrielles en émergence (cas de l’exploitation du nickel et de son impact sur le lagon de Nouvelle Calédonie)

Exemple :

  • Missions BIOMIN - mesurer l'impact de la diversité de la faune benthique sur le fonctionnement des sédiments.

En savoir plus : Missions Biomin, Mission Biomin 2Mission Biomin 3

Mise à jour le 09/05/2014