© Paul Bensamoun © Paul Bensamoun

Quel est votre parcours universitaire ?

Après une année d’école préparatoire pour être éducatrice spécialisée à Nantes, j’ai choisi de ne pas poursuivre en école. Un stage à la Maison des adolescents de Nantes m’a permis de rencontrer différents professionnels. Je me suis rendue compte que je ne voulais pas m’enfermer tout de suite dans une branche du social mais découvrir d’autres choses. Je me suis tournée vers un DUT Animation sociale et socioculturelle à l’IUT Bordeaux Montaigne. J’ai ensuite complété ce parcours par une licence professionnelle Coordination de projets de développement social et culturel en milieu urbain dans le même IUT. A présent, je suis en 3e année de licence en Sciences de l’éducation à l’université de Bordeaux.

Comment êtes-vous devenue étudiante relais-santé ?

Intéressée par le milieu de la prévention, j’ai réalisé mon stage de deuxième année au Comité d'étude et d'information sur la drogue (CEID) et à Caan’abus, structures abordant les addictions. Au travers de celui-ci, j’ai pu travailler en partenariat avec les étudiants relais santé sur certains projets. J’ai souhaité par la suite réaliser mon stage de licence professionnelle à l’Espace santé étudiant à Pessac. Cette année, Lucie Guignot, chargée de projet prévention, avait besoin d’aide. Je suis donc devenue coordinatrice étudiants relais santé nutrition.

En quoi consiste votre fonction ?

Les étudiants relais santé sont répartis en trois pôles : nutrition, soirée et sexualité. Notre rôle consiste à parler de ces thématiques avec les étudiants, de nous mêler à eux. Il s’agit de donner une vision plus ludique de la prévention. Nous cherchons à montrer aux étudiants comment prendre moins de risques lorsque l’on fait la fête et non à l’interdire. Il s’agit de les inciter à faire des choix éclairés en soirée. Le public étudiant est très généralement ouvert à la discussion.

Je suis plus spécifiquement chargée de coordonner les projets du pôle nutrition, d’être l’intermédiaire entre les différents acteurs de nos projets. L’an dernier par exemple, j’ai mis en place avec les étudiants relais nutrition un livret de recettes de cuisine. Le pôle nutrition distribue également des Petits paniers campus sur tous les sites de l’université (Bordeaux, Talence et Pessac) les mardis, mercredis et jeudis. J’en organise la distribution en amont et aide à l’installation. J’anime également le Facebook de l’Espace santé étudiants et des Petits paniers campus.

Que vous apporte cette activité extra-universitaire ?

Je mène des projets dans un cadre très agréable et participatif. Le système d’éducation par les pairs est très enrichissant et solidaire. Je peux aménager mon emploi du temps pour suivre le plus de cours possible.

Cette année, j’effectue un stage dans le cadre mon cursus en sciences de l’éducation. Tous les vendredis, je suis au Dispositif d’appui aquitain drogues et dépendances (DaAdd). Je travaille sur une nouvelle version 2.0 du site internet « leplanb.info ». L’enjeu est de délivrer des réponses plus personnalisées avec une ouverture plus large (choix de voir un professionnel, d’avoir une réponse plus approfondie, des conseils…) aux personnes consultant le site. C’est très riche professionnellement.

Cumuler ces expériences revient presque à faire de l’alternance. Il y a quelque temps, j’avais peur de travailler. Désormais, je suis prête à exercer le métier de chargée de projet santé et prévention, tout en conservant un pied sur le terrain.

Anne Lasserre

Mise à jour le 06/02/2014