© Olivier Got © Olivier Got

C’est à l’âge de 8 ans, lors d'une hospitalisation, que Clément se confronte réellement avec le milieu médical. Et cette expérience va changer le cours de sa vie, il vient d'attraper le virus de la médecine ! Depuis son entrée à l’université de Bordeaux en 2013, il vit chaque jour son rêve d’enfant. Du haut de ses 20 ans et la Paces en poche (première année commune aux études de santé), il s’investit aujourd’hui dans différentes activités en plus de ses cours : hôpital des nounours, tutorat santé de Bordeaux et des temps d'observation auprès de chirurgiens. Rien de moins ne l’occupe !

"J’ai envie de transmettre ma passion et d’aider à mon tour"

Le tutorat santé s'adresse à des étudiants de 1ère année de médecine, il est dispensé par les 2e et 3e années triés sur le volet. Élaborés comme de vrais cours, les sessions de tutorat sont une réelle expérience d’enseignement, mais aussi d’entraide. C’est bien ce qui plaît à Clément. Au total, il consacrera 9 lundis soirs, et autant de séances d'examens, à ses 90 étudiants pour leur parler anatomie. "Je reste disponible sur Facebook pour répondre aux questions et inquiétudes des étudiants. Comme je suis passé par là l'année dernière, j'ai vraiment envie de les aider à réussir". A la fin de l'année, il validera ainsi sa matière optionnelle « tutorat ».

Soigner les doudous

La soif de transmettre sa passion et d’être au plus près du patient, il l’étanche en s’impliquant dans «l’hôpital des nounours ». Chaque année, les étudiants du Collège des sciences de la santé sélectionnent des écoles maternelles et font découvrir le milieu hospitalier aux petits élèves en leur permettant de soigner leurs doudous.

2015_02_04_hopital-des-nounours(1040x740)

Clément connaît son existence depuis la seconde après avoir vu un reportage sur France 3 et l'a toujours gardé à l'esprit. "J'ai suivi son déroulement l'année dernière via Facebook. La relation avec les enfants m'intéresse beaucoup. Nous y sommes d'ailleurs préparé lors d'une réunion avec un pédopsychiatre". En tant que chargé de mission, il participe à la réalisation du projet, de la sélection des écoles à l'organisation, jusqu'au jour J.
Enseignement, chirurgie, santé publique, tout l'intéresse. Et l'humanitaire ? "Pourquoi pas, j'avoue y avoir déjà pensé, mais pas pour tout de suite !" Toutes ses activités lui demandent un gros investissement personnel et pour sa 3e année il hésite encore : "en externat [4e à 6e années], c'est sûr, ce ne sera plus possible, alors j'ai quand même envie de poursuivre".

Sereinement, Clément accroche une à une les expériences, telles des cordes à son arc. Humble, et pourtant si riche humainement, il est un beau contre-exemple pour lutter contre les idées reçues. Qui a dit que la jeunesse n'est pas motivée ?

Stéphanie Segarra Vidal, étudiante en master Médiations des sciences

A noter

L’Hôpital des nounours se tient du 8 au 12 février 2016 et accueillera cette année 11 écoles dont un établissement spécialisé, soit 400 élèves. Julie Vallès porte ce projet au sein de l'association des Carabins de Bordeaux.

Mise à jour le 04/02/2016