Une coopération franco-russe pour remonter aux origines

Une journée de préfiguration de l’exposition « Le Troisième Homme, Préhistoire de l’Altaï » s'est déroulée le 25 octobre 2016 au Musée national de préhistoire aux Eysies de Tayac en Dordogne. L'occasion de mettre en lumière la qualité du partenariat entre l’université de Bordeaux, l’université d'état de Novossibirsk (Russie) et l'Institut d'archéologie et d'ethnographie de la branche sibérienne de l'Académie des sciences.

  • 30/11/2016

Fouille de la galerie et de la grotte de Denisova © Sergueï I. Zelenkiï - IAET SB RAS Fouille de la galerie et de la grotte de Denisova © Sergueï I. Zelenkiï - IAET SB RAS

Le LIA ARTEMIR au cœur de la coopération avec la Russie  

Depuis 2010 l’université de Bordeaux et l’université de Novossibirsk (1) collaborent dans le domaine de l’archéologie préhistorique. Ce partenariat fécond a conduit en janvier 2015 à la signature d'un memorandum entre les deux universités et à la création, cette même année, du Laboratoire international associé (LIA) ARTEMIR (2) consacré à l’étude de l’art préhistorique au travers de la combinaison de nouvelles approches. Grâce à cette structure, les archéologues du laboratoire PACEA à l’université de Bordeaux, étudiants et chercheurs, sont progressivement associés aux analyses des matériaux collectés par l'Institut d'archéologie et d'ethnographie dans les gisements paléolithiques de l'Altaï, dont la fameuse grotte de Denisova. Une thèse en cotutelle d'une doctorante de PACEA, financée par l'IdEx Bordeaux, unit les 3 établissements. 

La découverte du « Troisième Homme »

C’est dans ces gisements de l'Altaï, qu'en 2008 les paléolithiciens de l'Institut d'archéologie et d'ethnographie de Novosibirsk mirent au jour une phalange de main puis deux molaires, dont l'ADN exceptionnellement bien préservé par le froid révéla une lignée humaine distincte de la nôtre et de celle de Neandertal, que rien jusqu'alors n'avait laissé soupçonner. Une découverte qui révolutionne notre compréhension du développement de l’humanité et de son expansion hors du berceau africain. Les éléments retrouvés à proximité (outils, parures) indiquent que les Dénisoviens étaient aussi évolués que les Sapiens et les Néandertaliens avec qui ils partageaient les piémonts de l'Altaï.

Entrée de la grotte de Denisova, vallée de l'Anouiï, Monts de l'Altaï © Sergueï I. Zelenkiï - IAET SB RAS

Entrée de la grotte de Denisova, vallée de l'Anouiï, Monts de l'Altaï © Sergueï I. Zelenkiï - IAET SB RAS

 

(1) 3e pôle de recherche et d’enseignement supérieur de Russie, l’Université de Novossibirsk, classée en 2014 par QS World University Rankings 1ère université russe en matière de recherche, fait partie des 21 établissements supérieurs russes retenus dans le cadre du programme « 5 Top 100 » mis en place par la Ministère de l’enseignement supérieur russe et visant à constituer un groupe d’universités russes d’excellence au niveau international.

(2) Ce LIA réunit l’université de Bordeaux avec le CNRSCentre national de la recherche scientifique , l’Université de Savoie Mont-Blanc, le Ministère de la culture et de la communication, l’Université d'état de Novossibirsk, l’Institut d’archéologie et d’éthnographie, l’Institut d’automatisation et d’électrométrie, tous deux de la branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie, ainsi que la Fondation russe pour la recherche fondamentale. 

Thèmes :

Exposition « Le Troisième Homme, Préhistoire de l’Altaï »

Cette exposition, dont l’inauguration est prévue en juin 2017 au Musée national de Préhistoire, dévoilera les incroyables découvertes faites dans la grotte de Denisova (Altaï russe). Elle mettra en parallèle des découvertes encore plus récentes faites en France, qui éclairent les dynamiques humaines du cinquantième millénaire.

50 ans de coopération France / Russie

La journée faisait partie des manifestations commémorant le cinquantenaire de la coopération scientifique et technologique de la France et de la Russie.