Georges Hadziioannou, chimiste du futur

Georges Hadziioannou est un amoureux de la chimie et de la technologie. Depuis 2011, cet enseignant-chercheur au Laboratoire de Chimie des Polymères Organiques (LCPO) , professeur de chimie à l’université de Bordeaux et membre senior de l’Institut universitaire de France, dirige l’Equipement d’excellence ELORPrintTec . Cette plateforme unique au monde permet de créer des matériaux électroniques organiques doués de propriétés innovantes. Rencontre avec l’un des pionniers des objets de demain.

  • 11/02/2016

Georges Hadziioannou © ELORPrintTec Georges Hadziioannou © ELORPrintTec

Pourquoi avoir créé l’EquipEx ELORPrintTec ?

Mon objectif était de développer une plateforme nouvelle permettant d’accueillir les outils technologiques dont nos laboratoires de recherche ont tant besoin pour avancer. La France disposait déjà de six plateformes orientées vers les matériaux semi-conducteurs à base de silicium, mais aucune spécialisée dans les matériaux électroniques à base de carbone.

Les possibilités offertes par le Programme d’Investissements d’avenir m’ont permis de développer cette plateforme avec l’aide des collègues du site bordelais et surtout grâce à ceux que j’aime nommer « les trois mousquetaires » : S. Khiev, A. Manson et W. Smaal.

Quel est l’apport d’ELORPrintTec pour la science et pour l’avenir ?

En alliant les compétences actuelles en électronique, en nanotechnologies, en nanosciences et en synthèse de matériaux, ELORPrintTec permet de créer de toutes pièces des matériaux, des dispositifs et des systèmes électroniques organiques flexibles et imprimables. A base de carbone [et non de silicium comme l’électronique classique], ces matériaux sont doués de propriétés extraordinaires. Ils peuvent devenir émetteurs de lumière, être implantés dans notre corps ou liés à l’environnement. C’est réellement révolutionnaire tant les domaines d’application et les possibilités sont vastes.

Ainsi les objets seront beaucoup plus faciles à fabriquer et mieux recyclés. Ils seront moins chers et plus accessibles. Les industriels commencent déjà à s’emparer de cette technologie émergente pour développer leurs produits. Les téléviseurs incurvés et les écrans haute définition des téléphones portables existent déjà. En 2010, on estimait déjà ce marché à 27-30 milliards de dollars.

 

  

En quoi ce projet vous permet-il de vous épanouir professionnellement et personnellement ?

La passion pour mon travail a toujours guidé mes pas. La chimie constitue pour moi un moyen de comprendre et transformer la matière. Elle est la base de tout : sans chimie, pas de médicaments, pas de nourriture. Aujourd’hui, elle souffre d’une mauvaise image, on en a oublié l’aspect merveilleux. Avec toute l’équipe d’ELORPrintTec, nous participons à une aventure fantastique : le développement d’une nouvelle technologie.

Quelle est la réalisation de l’EquipEx dont vous êtes le plus fier ?

La réalisation de l’ensemble de l’EquipEx fut un défi extraordinaire, un aboutissement et un rêve de longue date. Le système d’élaboration et de caractérisation des dispositifs et systèmes électroniques présents sur la plateforme va permettre de satisfaire la curiosité scientifique tout en découvrant et en réalisant des objets industrialisables.

De quelles manières votre travail bénéficiera-t-il aux autres structures de l’université de Bordeaux ?

Nous avons des contacts précieux avec les autres structures du site bordelais, notamment avec celles labellisées dans le cadre du PIA et collaborons sur plusieurs projets. Avec l’EquipEx MUSIC, nous essayons de développer des matériaux pour améliorer les simulateurs du cœur au plus près du patient et augmenter la performance de l’outil que les médecins ont créé. Avec le LabEx BRAIN, nous développons des capteurs permettant de réaliser un électroencéphalogramme directement dans le cerveau pour détecter des signaux d’épilepsie par exemple. Plus largement, nos recherches seront utiles à tous les acteurs travaillant au développement des nouveaux objets, au national et à l’international. Les chercheurs bénéficieront d’un outil unique au monde pour réaliser leurs essais et leurs investigations scientifiques. Les entreprises pourront elles-aussi disposer de notre équipement et de nos compétences pour tester leurs produits et en développer de nouveaux. Sans oublier les utilisateurs et clients finaux bien sûr, qui sont au cœur de nos réflexions.

 

ELORPrintTec a été labellisé dans le cadre du Programme d’Investissements d’avenir (PIA) et est coordonné par l’université de Bordeaux.