Un institut Confucius pour l’université de Bordeaux

Ma Yansheng, Ministre-Conseiller pour l’Education auprès de l’Ambassade de Chine, était en visite à Bordeaux en vue de la création de l’institut Confucius de l’université de Bordeaux.

  • 25/10/2016

© Emilie Bourgois, université de Bordeaux © Emilie Bourgois, université de Bordeaux

Monsieur Ma Yansheng, Ministre-Conseiller pour l’Education auprès de l’Ambassade de Chine à Paris, s’est rendu à Bordeaux mardi 17 mai, accompagné d’une délégation du service pour l’Education de l’Ambassade de Chine. Ils ont été reçus par Vincent Dousset (Vice-Président aux relations internationales) et Laurent Servant (Vice-Président adjoint aux relations internationales) sur le site de La Victoire, pour une matinée de discussions autour de la politique de coopération universitaire et scientifique avec la Chine et le projet d’Institut Confucius porté par l’Université. 

La participation de représentants du Rectorat de l’Académie de Bordeaux, de Bordeaux Métropole et de la Mairie de Bordeaux témoigne de leur implication et de leur soutien à ce projet dont l’aboutissement fera de Bordeaux une plateforme d’échange universitaire, scientifique, et culturel autour de la Chine. 

Un volonté commune de tisser des liens pérennes

Monsieur Ma a exprimé son souhait de voir la mobilité des étudiants bordelais en Chine s’intensifier, afin d’accroître leur ouverture internationale et leur connaissance de la langue et de la culture chinoise. Il a par ailleurs souligné l’enjeu de la mise en place d’un Institut Confucius pour la dynamique socio-économique de Bordeaux et de Wuhan d’une part, ainsi que pour la collaboration universitaire et scientifique avec l’Université Huazhong des Sciences et Technologies de Wuhan (partenaire chinoise, co-fondatrice de l’Institut).

Au-delà de ses missions traditionnelles de promotion de la langue et de la culture chinoise, l’institut aura ainsi vocation à permettre un rapprochement global entre les deux villes et établissements, à travers l’organisation régulière d’évènements sur des thématiques d’intérêt commun, mais aussi à travers l’enseignement du jeu de Go, l’un des quatre arts majeurs des savants chinois.

Le développement et le renforcement des coopérations de l’université de Bordeaux avec les universités chinoises passent avant tout par une connaissance et une compréhension mutuelle de nos langues et de nos cultures. La création de l’Institut Confucius de Bordeaux vient confirmer la volonté de tisser des liens plus pérennes et plus solides avec la Chine et plus particulièrement la ville de Wuhan.

 

Qu’est-ce qu’un Institut Confucius ?

Ayant pour objectif principal la promotion de l’apprentissage de la langue chinoise, la découverte de la société et de la culture chinoises, les Instituts Confucius constituent des plateformes d’échanges qui, au-delà de leur mission d’enseignement du chinois, favorisent le développement de liens avec la Chine.

Etablissements culturels publics, ils sont créés à minima entre une université française, une université chinoise, le Hanban (organisme relevant du Ministère chinois de l’Education, ayant pour mission la diffusion de la langue et culture chinoise dans le monde) et éventuellement d’autres partenaires (collectivités territoriales, associations, fondations, entreprises).

Les Instituts Confucius ont pour missions de :

  • Dispenser des cours de chinois
  • Soutenir les activités d’enseignement locales
  • Délivrer les certificats de langue chinoise (HSK)
  • Participer à la diffusion de la culture chinoise
  • Développer une activité spécifique participant à la diffusion de la culture chinoise.

En France le premier Institut Confucius a été installé à Poitiers en 2006. Aujourd’hui 19 Instituts sont implantés en France. Actuellement la région d’Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes compte deux Instituts Confucius localisés à Poitiers et à La Rochelle. Ayant pour objectif de répondre à la demande croissante d’apprentissage du chinois en Aquitaine, l’Institut Confucius de l’Université de Bordeaux se voudra innovant, mobilisant et unificateur autour d’un même intérêt : la découverte et la compréhension de la culture chinoise, qui nous entoure et qui pourtant semble si loin.